Angioplastie coronaire et pose de stents

Diffuser partout !


L’objectif d’une angioplastie coronaire (angio = artère et plastie = ouverture) est de rétablir ou d’améliorer le flux sanguin vers le muscle cardiaque afin de traiter les maladies coronariennes qui peuvent provoquer une angine ou une crise cardiaque.

La procédure consiste à gonfler de petits ballons en forme de saucisse à l’intérieur des artères coronaires (les artères qui alimentent le muscle cardiaque en sang) qui ont été rétrécies à la suite de l’athérosclérose (accumulation de dépôts de graisse, ou plaques, dans les artères). Des stents sont placés à l’intérieur de l’artère comme un échafaudage pour aider à maintenir l’artère ouverte.

L’angioplastie coronaire est une intervention non chirurgicale qui ne nécessite généralement pas une nuit d’hospitalisation.

L’angioplastie coronarienne par ballonnet seul était autrefois la principale technique non chirurgicale pour traiter les artères coronaires rétrécies. Cependant, aujourd’hui, presque toutes les procédures d’angioplastie coronaire impliquent l’utilisation d’un stent coronaire.

Un stent coronarien est un petit tube à mailles qui est placé à l’intérieur d’une zone rétrécie dans une artère appelée sténose (au pluriel = sténoses), et qui agit comme un échafaudage interne pour aider à maintenir l’artère ouverte. La majorité des stents sont recouverts d’un médicament et sont connus sous le nom de stents à élution de médicaments (DES). Une fois que le stent est déployé dans l’artère, le médicament est lentement libéré dans la zone environnante pour aider à réduire le risque de rétrécissement de l’artère (connu sous le nom de sténose).

La plupart des stents sont en métal, mais certains stents bioabsorbables à élution de médicaments sont faits d’un polymère soluble. Les stents sans revêtement médicamenteux sont connus sous le nom de stents métalliques nus (BMS). <L’angioplastie coronaire et la pose de stents peuvent être réalisées en urgence lors d’une crise cardiaque pour ouvrir une artère bloquée ou rétrécie afin de rétablir la circulation sanguine ; ou elles peuvent être réalisées comme une procédure planifiée.

L’intervention

L’angioplastie coronaire et la pose de stents peuvent généralement être pratiquées à la journée, bien qu’une nuit d’hospitalisation puisse parfois être nécessaire. Après l’admission, un électrocardiogramme (un tracé de l’activité électrique du cœur) et des analyses sanguines (pour vérifier la fonction rénale et la numération globulaire) seront effectués. Dans certains cas, une radiographie du thorax peut également être effectuée.
Une mesure de base de la pression artérielle, de la fréquence cardiaque et de la température sera enregistrée. Le site d’entrée pour la procédure sera rasé. Le patient ne peut rien manger ni boire pendant les quelques heures précédant l’intervention.
Le patient sera légèrement sédaté mais éveillé pendant l’intervention et le personnel surveillera le rythme et la fréquence cardiaques, la pression artérielle et le niveau d’oxygène dans le sang.
Un tube plastique étroit (une gaine d’introduction) sera inséré dans une artère du poignet (approche radiale) ou de l’aine (approche fémorale). Un anesthésique local est utilisé pour engourdir le site d’insertion avant que la gaine d’introduction ne soit positionnée dans l’artère. Un cathéter (un mince tube flexible) est inséré à travers la gaine d’introduction et est positionné à l’entrée des artères coronaires. Le cardiologue injecte dans les artères coronaires un colorant détectable aux rayons X à travers le cathéter, ce qui permet de les voir sur un écran à rayons X. Cette procédure est connue sous le nom d’angiographie coronaire.
Une caméra à rayons X spécialisée est placée sur la poitrine pendant l’intervention et peut se déplacer dans plusieurs positions afin que les images radiographiques soient prises sous différents angles. Si une zone rétrécie est identifiée, et qu’elle est jugée appropriée pour un traitement par angioplastie coronaire et pose de stent, cela peut généralement être fait immédiatement.
Un cathéter à ballonnet est passé à travers la gaine d’introduction et est enfilé dans les artères coronaires. Il est positionné dans la partie rétrécie de l’artère et est vérifié sur l’écran à rayons X. Une fois correctement positionné, le ballonnet est gonflé. Le ballon gonflé ouvre l’artère rétrécie en comprimant la plaque et en étirant légèrement la paroi de l’artère. Chaque cathéter à ballonnet est sélectionné pour avoir approximativement la même taille que l’artère et le ballonnet est fait pour ne se gonfler qu’à une taille spécifique.

Angioplastie coronarienne

Angioplastie coronarienne

Un stent est déployé de la même manière. Le stent non déployé est serré sur un cathéter à ballonnet. Le stent est positionné dans la partie rétrécie de l’artère et le ballon est dilaté, ce qui ouvre le stent et le pousse contre la paroi de l’artère. Le ballonnet est ensuite dégonflé et retiré, laissant le stent derrière lui pour servir d’échafaudage interne afin de maintenir l’artère ouverte. Une fois que le stent est en place, il ne peut plus être retiré. <Parfois, un autre cathéter à ballonnet est gonflé à l’intérieur du stent pour s’assurer qu’il est complètement dilaté. Lorsque le cardiologue est convaincu que l’artère a été suffisamment ouverte et que le stent est correctement déployé, d’autres radiographies de l’artère sont prises pour voir comment la circulation sanguine dans l’artère s’est améliorée. Le cathéter est alors retiré.
Si l’intervention a été réalisée par l’artère du poignet, la gaine d’introduction est retirée à la fin de l’intervention et une bande de pression est appliquée pour aider à sceller le site d’incision. Si l’intervention a été effectuée par l’artère de l’aine, la gaine d’introduction est retirée dans le service deux à quatre heures après l’intervention.

Récupération

Après l’intervention, le patient est ramené au service et sa tension artérielle, sa fréquence cardiaque et son rythme cardiaque seront surveillés. Ils indiqueront quand le patient pourra sortir de son lit et se déplacer.
Des liquides peuvent être administrés par voie intraveineuse au moyen d’une petite aiguille (goutte à goutte) insérée dans la main ou le bras. Ce liquide aidera à évacuer le colorant des rayons X des reins.
Avant la sortie, un autre ECG et des analyses sanguines peuvent être effectués. Un médecin ou une infirmière vous donnera des conseils sur la récupération et les directives d’activité après votre sortie de l’hôpital. Certaines activités, telles que le levage de charges lourdes, doivent être évitées pendant au moins une semaine. Les directives de la Land Transport Safety Authority (LTSA) interdisent de conduire pendant au moins deux jours après une angioplastie coronaire. Le patient aura donc besoin que quelqu’un le conduise chez lui après l’intervention.

Des médicaments seront prescrits avant que le patient ne reçoive son congé. Il peut s’agir ou non des mêmes médicaments que ceux que le patient prenait avant son admission à l’hôpital. Si un stent a été déployé, il est habituel d’avoir une double thérapie antiplaquettaire. Celle-ci consiste en de l’aspirine et un médicament antiplaquettaire tel que le clopidogrel ou le ticagrelor. Il est très important de prendre ces médicaments tels qu’ils ont été prescrits car ils aident à prévenir la formation de caillots sanguins dans le stent. La double thérapie antiplaquettaire peut être prescrite pour une durée maximale de 12 mois.
Un rendez-vous de suivi avec le cardiologue est généralement pris afin d’évaluer le rétablissement et les progrès.

Complications

Les risques associés à l’angioplastie coronaire sont très faibles. Il est important d’en discuter avec le cardiologue avant de signer le formulaire de consentement à l’intervention. Les risques de l’angioplastie coronaire sont les suivants

  • Fermeture brutale de l’artère coronaire
  • Une réaction allergique au colorant des rayons X
  • Crise cardiaque ou accident vasculaire cérébral
  • Dommages à l’artère coronaire
  • Dommage au site d’insertion du cathéter.

Dans un petit pourcentage de cas, l’artère coronaire se rétrécit à nouveau peu après l’angioplastie. Si une nouvelle sténose est prévue, elle se produit généralement dans les six premiers mois suivant l’angioplastie. Dans ces cas, une nouvelle angioplastie ou un pontage coronarien peut être recommandé. Dans un petit nombre de cas (environ un à deux pour cent), un pontage coronarien d’urgence est nécessaire en raison des complications de l’angioplastie coronarienne et de la pose de stents.

Changements de mode de vie

Bien que l’angioplastie coronaire réduise les symptômes des maladies cardiaques, elle ne constitue pas un remède contre les maladies cardiaques. Par conséquent, pour réduire le risque de problèmes cardiaques futurs, il est important que les bénéficiaires d’une angioplastie coronaire adoptent (et maintiennent) des changements de mode de vie. Il s’agit notamment d’arrêter de fumer, de perdre du poids, de suivre un régime alimentaire adapté à la maladie cardiaque et d’établir un programme d’exercice physique adapté à la maladie cardiaque.

Références:
https://www.heartfoundation.org.nz/shop/heart-healthcare/angiography-and-angioplasty.pdf
https://www.heartfoundation.org.nz/your-heart/heart-treatments/angioplasty-and-stents
https://www.nhs.uk/conditions/coronary-angioplasty/
https://emedicine.medscape.com/article/161446-overview

Laisser un commentaire