Arthroplastie totale de l’articulation du genou

Diffuser partout !


Une arthroplastie totale de l’articulation du genou (également appelée arthroplastie totale du genou) est une opération qui consiste à retirer une articulation du genou gravement endommagée et à la remplacer par une articulation artificielle. L’objectif de l’opération est de soulager la douleur et de restaurer la fonction de l’articulation.

Il s’agit d’une opération courante en Nouvelle-Zélande, pratiquée de manière élective (non urgente) dans les hôpitaux publics et privés, et qui implique généralement un séjour de 5 à 7 jours à l’hôpital. Si l’opération est entreprise dans le secteur privé (c’est-à-dire dans un hôpital privé et payée par le patient ou par l’assurance maladie), le coût se situera probablement entre 21 600 et 30 600 dollars (Health Funds Association 2017).

Informations générales

Dans un genou sain, un cartilage lisse recouvre les extrémités du fémur (os de la cuisse) et du tibia (os du tibia). Le cartilage agit comme un coussin entre ces surfaces porteuses et permet aux extrémités des os de glisser facilement l’une sur l’autre, permettant un mouvement sans douleur. Les muscles et les ligaments donnent une stabilité latérale. Une membrane synoviale tapisse l’articulation et produit du liquide synovial (un liquide lubrifiant transparent) afin de lubrifier l’articulation.
La douleur et la raideur du genou peuvent être causées par des facteurs tels que l’usure ou les blessures qui provoquent la dégénérescence progressive du cartilage (arthrose) réduisant sa capacité à servir de coussin. Les extrémités de l’os se frottent l’une contre l’autre et deviennent rugueuses et irrégulières. Cela provoque des douleurs et limite les mouvements. La polyarthrite rhumatoïde (arthrite inflammatoire) peut entraîner une inflammation et un gonflement de l’articulation ainsi qu’une détérioration du cartilage. D’autres problèmes liés au genou, notamment un mauvais alignement des os de la jambe et l’ostéonécrose (où l’apport sanguin à l’articulation du genou est faible) peuvent également entraîner une détérioration de l’articulation du genou.
Un chirurgien orthopédiste évaluera la nécessité d’un remplacement du genou en tenant compte des antécédents médicaux, de l’examen physique (en particulier le mouvement, la stabilité, la force et l’alignement du genou), des analyses de sang et des radiographies du genou endommagé. Une arthroplastie du genou est une opération majeure et il y a beaucoup de choses à discuter avec le chirurgien, notamment les risques et les avantages de l’opération.

L’intervention chirurgicale

Une articulation artificielle du genou (prothèse) présente des surfaces lisses qui remplacent les surfaces usées à l’intérieur de l’articulation du genou. La prothèse est composée de métal et de composants en plastique dur qui s’emboîtent l’un dans l’autre pendant l’opération. Le chirurgien choisit la conception de la prothèse la plus appropriée pour chaque individu.
Il existe trois principaux composants d’une articulation artificielle du genou : le composant fémoral (pour remplacer l’extrémité du fémur), le composant tibial (pour remplacer l’extrémité du tibia) et le composant rotulien (pour remplacer l’arrière de la rotule). Tous ces composants sont utilisés dans la chirurgie totale de remplacement de l’articulation du genou.
L’opération de remplacement de l’articulation du genou peut être effectuée sous anesthésie rachidienne ou générale. Cette question sera discutée avec le chirurgien et l’anesthésiste avant l’opération et une décision sera prise quant à la solution la plus appropriée.
L’intervention dure généralement environ 2 heures. L’opération commence par une incision pratiquée sur l’avant de l’articulation du genou. Le chirurgien va exposer l’articulation du genou, relâcher les muscles et les ligaments qui l’entourent, et faire pivoter la rotule hors de son emplacement. Les surfaces usées de l’articulation, y compris la partie arrière de la rotule, sont enlevées et les extrémités des os sont remodelées avec précision. Les composants de l’articulation artificielle du genou sont ensuite fixés aux extrémités des os à l’aide d’un ciment osseux spécialisé, puis assemblés. Les muscles et les ligaments sont repositionnés et, si nécessaire, les ligaments sont réajustés pour obtenir la meilleure fonction possible du genou.
À la fin de l’opération, un tube de drainage sera inséré pour évacuer l’excès de liquide de la nouvelle articulation. Le chirurgien ferme ensuite les couches de tissu et la peau avec des points de suture et un pansement est placé autour du genou.
Des antibiotiques sont administrés pendant et après l’opération pour prévenir le développement d’une infection dans la nouvelle articulation. Une transfusion sanguine peut également être nécessaire. Le chirurgien en discutera avec vous avant l’opération.

Des mesures visant à prévenir la formation de caillots sanguins et à réduire le gonflement de la jambe peuvent être prescrites. Il peut s’agir de bas de compression, de couvre-jambes gonflables (bottes de compression) et de médicaments anticoagulants. Le mouvement des pieds et des chevilles est également encouragé immédiatement après l’opération afin de favoriser la circulation sanguine dans les muscles de la jambe, ce qui contribue également à prévenir le gonflement des jambes et la formation de caillots sanguins.

Une prothèse de genou

Récupération après l’arthroplastie totale du genou

Après l’opération, votre chirurgien et un kinésithérapeute ou un kinésithérapeute travailleront ensemble pour établir les directives de rétablissement et de mouvement. Au départ, ces directives comprennent des exercices passifs, avant de passer à des exercices doux de flexion des genoux et de marche. Les exercices continus sont conçus pour augmenter l’amplitude de mouvement de la nouvelle articulation et pour renforcer les muscles environnants, en particulier le muscle de la cuisse (quadriceps). La force dans le quadriceps aidera à maintenir l’articulation du genou stable, protégeant ainsi la nouvelle articulation.
Le succès de l’opération dépend du respect des instructions de récupération et de mouvement pendant l’hospitalisation et de l’exécution des exercices prescrits à la maison.
La durée de l’hospitalisation peut varier de 5 à 7 jours environ. L’équipe soignante (chirurgien, physiothérapeute ou kinésithérapeute et infirmières) évaluera en permanence le rétablissement et recommandera le moment où il est approprié de rentrer chez soi. Une partie de l’évaluation de l’équipe de soins de santé consistera à déterminer si un équipement spécial doit être installé pour aider à la maison ou si une aide à domicile doit être organisée.
Les béquilles devront être utilisées jusqu’à six semaines après l’opération. Au bout de six semaines, la majorité des personnes devraient pouvoir reprendre une série d’activités normales, y compris la conduite automobile.

Risques de l’opération

Comme pour toute intervention chirurgicale, le remplacement total de l’articulation du genou comporte des risques. Outre les risques généraux d’infection et les risques liés à l’anesthésie, les risques spécifiques à cette chirurgie comprennent

  • Les jambes peuvent ne pas être de la même longueur après l’opération
  • Les nerfs peuvent être blessés par un gonflement ou une pression entraînant une douleur permanente, un engourdissement ou une perte de fonction
  • La prothèse du genou peut se desserrer et nécessiter une nouvelle intervention chirurgicale.

Suivre le dossier

Il est habituel de voir le chirurgien deux à six semaines après l’opération pour évaluer la guérison. Un suivi à long terme peut également être recommandé afin de surveiller l’usure de l’articulation artificielle du genou. Il se peut que le remplacement (révision) de l’articulation artificielle du genou soit nécessaire si elle se relâche et devient douloureuse. La plupart des prothèses totales de genou modernes durent au moins 15 ans si elles sont correctement soignées et ne sont pas soumises à un stress trop important.

Références:
http://orthoinfo.aaos.org/topic.cfm?topic=A00389
http://www.mayoclinic.org/tests-procedures/knee-replacement/basics/definition/prc-20019202
http://www.nhs.uk/Conditions/Knee-replacement/Pages/Kneereplacementexplained.aspx
http://emedicine.medscape.com/article/1250275-overview

Laisser un commentaire