Asthme – symptômes, diagnostic, traitement

Diffuser partout !


L’asthme est une maladie chronique (à long terme) qui provoque une irritation et une inflammation (gonflement) des voies respiratoires dans les poumons, ce qui rend la respiration difficile. Les symptômes comprennent la toux, la respiration sifflante et l’essoufflement.
Environ un Néo-Zélandais sur six souffre d’asthme, tandis qu’un enfant néo-zélandais sur quatre en est atteint. Plus de 521 000 personnes en Nouvelle-Zélande utilisent des médicaments contre l’asthme, dont un enfant sur sept et un adulte sur neuf. L’asthme est l’une des causes les plus fréquentes d’admission à l’hôpital pour les enfants. En moyenne, 63 Néo-Zélandais meurent de l’asthme chaque année.

Fond d’écran

L’asthme, parfois appelé asthme bronchique, peut commencer à tout âge mais commence généralement dès l’enfance. De nombreux enfants sortent de l’asthme à l’adolescence. D’autres développent d’abord de l’asthme à l’âge adulte (asthme de l’adulte). L’asthme est souvent familial et peut être associé à des affections allergiques telles que l’eczéma et le rhume des foins.
La Nouvelle-Zélande, ainsi que des pays comme l’Australie et la Grande-Bretagne, ont l’un des taux d’asthme les plus élevés au monde. Elle touche de manière disproportionnée les Maoris et les habitants des îles du Pacifique, ainsi que les personnes appartenant aux groupes socio-économiques les plus défavorisés. L’exposition à certaines poussières ou à certains produits chimiques peut prédisposer à l’asthme dans certains secteurs d’activité.

Signes et symptômes

Dans l’asthme, les voies respiratoires des poumons sont sensibles à certains irritants. Lorsqu’elles sont exposées à ces irritants, les petites voies respiratoires des poumons (les bronchioles) deviennent irritées et gonflées et les muscles entourant les parois des bronches se contractent (bronchoconstriction). Un excès de mucus est produit à l’intérieur des voies respiratoires et il devient difficile pour l’air de circuler vers et depuis les poumons, ce qui rend la respiration difficile et produit la toux, la respiration sifflante et l’essoufflement qui sont caractéristiques de l’asthme.
Les crises d’asthme se caractérisent par une difficulté à respirer – surtout à exhaler. La gravité des symptômes de l’asthme varie d’un individu à l’autre. Certains ne ressentent que des symptômes légers, tandis que d’autres ont des symptômes très graves. Les crises peuvent survenir soudainement et peuvent survenir après des périodes où les symptômes sont relativement absents. Une crise d’asthme grave peut mettre la vie en danger si le traitement n’est pas recherché immédiatement. Parmi les signes et symptômes courants de l’asthme, on peut citer

  • Toux – qui peut s’aggraver la nuit
  • Wheezing
  • Serrement de la poitrine
  • Courtes respirations
  • Difficulté à parler (lors d’attaques plus graves)
  • Bluidité autour de la bouche (en cas d’attaques plus graves).

Causes

La cause exacte de l’asthme n’est pas entièrement comprise. On pense qu’il est causé par une combinaison de facteurs génétiques (héréditaires) et environnementaux. Il peut être lié à la vie moderne, notamment aux changements environnementaux, à l’alimentation ou à l’exposition à certaines infections.
On sait que la plupart des personnes souffrant d’asthme présentent constamment un certain degré d’inflammation des voies respiratoires. Leurs voies respiratoires sont également sensibles à certains irritants, appelés déclencheurs. Les déclencheurs peuvent provoquer un resserrement ou une constriction des voies respiratoires déjà enflammées, provoquant ainsi une crise d’asthme. Chaque individu a tendance à avoir des déclencheurs d’asthme différents. Les déclencheurs d’asthme les plus courants sont les suivants

  • Pollens ou moisissures
  • Acariens de la poussière de maison
  • Animaux
  • Pollution de l’air
  • Certaines denrées alimentaires ou certains additifs alimentaires
  • Parfums forts
  • Exercice
  • Fumée de cigarette
  • Certains médicaments, par exemple : aspirine, anti-inflammatoires non stéroïdiens, bêta-bloquants
  • Infections respiratoires telles que les rhumes et la grippe
  • Changements de température et d’humidité
  • Influences psychologiques, par exemple : émotions extrêmes
  • Irritants sur le lieu de travail, par exemple : vapeurs de peinture et de vernis, farine, poussière de bois.

Diagnostic

En cas de suspicion d’asthme, un médecin peut entreprendre les démarches suivantes pour aider au diagnostic :

  • Un historique médical complet, y compris tout antécédent familial d’asthme
  • Discussion des symptômes actuels
  • Évaluation physique
  • Une radiographie pulmonaire peut être demandée
  • Mesure de la vitesse à laquelle l’air peut être expiré à l’aide d’un débitmètre de pointe.

Les symptômes et les signes de l’asthme varient au cours de la journée et de la semaine. Des tests de débit de pointe effectués deux fois par jour pendant une semaine ou avant et après l’utilisation d’un inhalateur de secours montreront cette variation. Le débit de pointe peut varier de plus de 20 % chez les personnes souffrant d’asthme.
Parfois, des tests de provocation spécialisés peuvent être utiles. Ces tests utilisent un produit chimique pour tenter de provoquer un bref épisode d’asthme qui peut être mesuré. Cela peut confirmer un diagnostic et indiquer la gravité de l’asthme.
La collecte de mucosités ou la mesure de l’oxyde nitrique peuvent être utilisées pour suivre l’évolution d’un asthme plus complexe.
L’orientation vers un spécialiste doit être envisagée en cas d’incertitude sur le diagnostic, lorsque la réponse au traitement initial n’est pas celle attendue ou lorsqu’une cause professionnelle de l’asthme est possible.

Traitement

Si l’asthme ne peut être guéri, il peut être contrôlé en évitant les facteurs déclenchants et en utilisant des médicaments.
Il existe toute une série de médicaments contre l’asthme. Un médecin pourra discuter du médicament le plus approprié pour le patient. Les principaux types de médicaments utilisés pour contrôler l’asthme sont les suivants
Preventers:
Il s’agit généralement d’un corticostéroïde inhalé qui a pour effet de réduire le gonflement et de diminuer la réaction de l’organisme aux déclencheurs . Il faut du temps pour que les préventeurs commencent à agir (jusqu’à trois mois d’utilisation régulière). Ils sont pris régulièrement chaque jour pour prévenir les symptômes. Des exemples de médicaments préventifs sont le fluticasone (Flixotide), le budésonide (Pulmicort) et le béclométhasone (Beclozone).

Relievers:
Ces médicaments inhalés entraînent la relaxation des muscles des voies respiratoires, ce qui réduit la constriction et soulage les symptômes de l’asthme. Ils sont souvent appelés bronchodilatateurs. Ils ont une action rapide et sont utilisés pour soulager les symptômes une fois qu’ils ont commencé. La terbutaline (Bricanyl) et le salbutamol (Ventolin) sont des exemples de médicaments à action rapide.
Contrôleurs de symptômes:
Il s’agit d’inhalateurs à longue durée d’action, utilisés en association avec un préventif. Ils agissent en gardant les muscles des voies respiratoires détendus et sont généralement utilisés deux fois par jour. L’utilisation d’un contrôleur de symptômes devrait réduire la nécessité d’utiliser un soulageant à courte durée d’action. Le formotérol (par exemple, Foradil) et le salmétérol (par exemple, Serevent) sont des exemples de contrôleurs de symptômes.

Intallations combinées:
Les inhalateurs combinés contiennent à la fois des médicaments préventifs et des médicaments de contrôle des symptômes dans un seul appareil. Des exemples d’inhalateurs combinés sont le fluticasone et le salmétérol (Seretide) et le budésonide et le formotérol (Symbicort).
Comme les médicaments mentionnés ci-dessus sont inhalés, ils sont délivrés directement dans les poumons et peuvent commencer leur action immédiatement. L’augmentation de la fréquence et/ou de la gravité des symptômes de l’asthme peut nécessiter un changement de régime de traitement ou une augmentation de la quantité de médicaments pris. Un traitement par corticostéroïdes (par exemple, la prednisone) sous forme liquide ou de comprimés peut être prescrit jusqu’à ce que les symptômes soient maîtrisés.
Les crises d’asthme graves peuvent nécessiter une hospitalisation pour contrôler les symptômes. Des médicaments de soulagement peuvent devoir être administrés à l’aide d’un nébuliseur (inhalation dans un fin brouillard d’oxygène via un masque ou un embout buccal spécialisé) ou par voie intraveineuse (sous forme de perfusion dans un goutte à goutte dans la main ou le bras). Des corticostéroïdes peuvent également être administrés par voie intraveineuse.
Remarque : boire ou se rincer à l’eau et après avoir utilisé des inhalateurs de corticostéroïdes pour l’asthme aidera à prévenir le muguet buccal.

Gestion de l’asthme

Cessez de fumer et encouragez les membres de votre famille, ou d’autres personnes qui pourraient vous exposer à leur fumée secondaire, à faire de même.
Apprendre à éviter les facteurs déclenchants peut contribuer à réduire les symptômes et la fréquence des crises d’asthme. Soyez conscient des symptômes et prenez les médicaments appropriés pour les atténuer. Cela peut impliquer une augmentation de la médication contre l’asthme. L’utilisation régulière d’un débitmètre de pointe et l’enregistrement de ces mesures peuvent indiquer si l’asthme est bien contrôlé et indiquer une aggravation de la maladie.
Le fait de disposer d’un plan d’action ou d’autogestion est également un outil important dans la gestion de l’asthme. Il s’agit d’un guide écrit sur ce qu’il faut faire lorsque l’asthme s’aggrave. Il est généralement formulé individuellement en collaboration avec un médecin ou une infirmière spécialisée dans l’asthme.
Le fait de se faire vacciner contre la grippe saisonnière (« vaccin antigrippal ») réduira le risque de grippe, ce qui réduira à son tour le risque d’asthme grave. Les personnes qui suivent régulièrement un traitement préventif contre l’asthme (ainsi que les personnes souffrant de diverses autres affections) peuvent consulter leur médecin pour recevoir un vaccin antigrippal gratuit chaque automne.
Parmi les autres méthodes de contrôle figurent les techniques de respiration telles que la méthode Buteyko. Rester en bonne forme physique et éviter de fumer peut également minimiser les symptômes et les crises d’asthme. La désensibilisation et l’évitement des allergènes peuvent également être utiles. Les thérapies alternatives telles que l’acupuncture, l’homéopathie et les massages s’avèrent efficaces pour certaines personnes dans la gestion de leur asthme.
Soyez attentif aux signes d’aggravation de l’asthme : réveil nocturne, essoufflement ou difficulté à parler à l’effort, perte de réponse à votre médicament de secours.
Références:
https://s3-ap-southeast-2.amazonaws.com/assets.asthmafoundation.org.nz/documents/What-is-Asthma-Resource.pdf
https://www.asthmafoundation.org.nz/research/key-statistics
https://s3-ap-southeast-2.amazonaws.com/assets.asthmafoundation.org.nz/documents/Triggers-in-Asthma-Resource.pdf
http://www.health.govt.nz/your-health/conditions-and-treatments/diseases-and-illnesses/asthma

Laisser un commentaire