Calculs rénaux

Diffuser partout !


Les calculs rénaux peuvent provoquer de fortes douleurs et toute une série d’autres symptômes. Les petits calculs rénaux peuvent provoquer des douleurs lors de leur passage dans les voies urinaires. Les gros calculs peuvent se coincer dans le rein, l’uretère ou la vessie, provoquant des douleurs et un blocage du flux urinaire. Cela peut entraîner une infection et des lésions rénales.

On estime que 10 à 15 % de la population néo-zélandaise sera touchée par des calculs rénaux à un moment ou à un autre de sa vie. Les calculs rénaux sont plus fréquents chez les hommes que chez les femmes. Et, bien qu’ils puissent survenir à tout âge, les calculs rénaux sont plus susceptibles de se produire chez les personnes de plus de 30 ans.

Les reins et les calculs rénaux

Les reins et les calculs rénaux

Les reins sont des organes en forme de haricot, de la taille d’un poing, situés sous les côtes, au milieu du dos. Les reins filtrent les déchets et l’excès de liquide du sang et produisent également des hormones qui sont importantes pour la formation du sang, de la pression sanguine et des os. Les reins font partie du système urinaire qui comprend la vessie, les uretères (tubes allant du rein à la vessie) et l’urètre (tube allant de la vessie à l’extérieur du corps).

Les calculs rénaux (également appelés calculs rénaux, lithiase rénale et néphrolithiase) se produisent lorsque des substances contenues dans l’urine précipitent et forment une matière solide. La taille des calculs rénaux peut varier d’un grain de sable à plus gros qu’une balle de golf. Ils peuvent être lisses ou avoir des bords dentelés.

Il peut y avoir un seul calcul ou plusieurs calculs. Il existe plusieurs types de calculs rénaux, classés selon les substances qui les forment. Les différents types comprennent :
Calculs calciques
Ce sont les types de calculs rénaux les plus courants. Ils sont composés de calcium en combinaison avec du phosphate ou de l’oxalate. Ils se produisent lorsqu’il y a un excès de calcium circulant dans le sang.
Calculs d’acide urique
Ces calculs rénaux se produisent lorsque des quantités excessives d’acide urique sont présentes dans le sang et ont tendance à se produire chez les personnes qui ne boivent pas suffisamment ou qui perdent beaucoup de liquide, et chez les personnes qui suivent un régime alimentaire riche en protéines. De nombreuses personnes souffrant de ce type de calculs rénaux développent également la goutte – une forme d’arthrite douloureuse causée par des dépôts solides d’acide urique dans les articulations.
Calculs de struvite
Ces calculs rénaux sont souvent composés de phosphate d’ammonium et de magnésium et ont tendance à se produire chez les personnes qui ont des infections urinaires répétées.
Calculs de cystine
La cystine est un type d’acide aminé. Les personnes souffrant de calculs de cystine présentent généralement une anomalie dans la façon dont leur corps traite les acides aminés dans l’alimentation.

Quelles sont les causes des calculs rénaux

L’accumulation des substances qui forment les calculs rénaux peut être le résultat d’un certain nombre de facteurs de risque, notamment les infections urinaires, la déshydratation, certains problèmes médicaux et les déséquilibres métaboliques. Toutefois, dans la majorité des cas, la cause est inconnue. Les facteurs qui peuvent augmenter le risque de développer des calculs rénaux sont notamment les suivants

  • Antécédents familiaux de calculs rénaux
  • Mauvais apport en liquide ou déshydratation
  • Problèmes structurels qui provoquent une accumulation d’urine et une infection des reins
  • Ayant déjà eu des calculs rénaux
  • Certains médicaments pris pour d’autres affections, comme les diurétiques et les corticostéroïdes.

Les conditions médicales et les problèmes métaboliques qui peuvent provoquer le développement de calculs rénaux sont notamment les suivants

  • L’hypercalciurie – où il y a un excès de calcium dans le sang, ce qui entraîne le développement de calculs calciques. Cela peut être dû à des problèmes médicaux tels que l’hyperthyroïdie et la sarcoïdose, ou à un régime alimentaire riche en viande, poisson et volaille
  • Les infections urinaires – elles peuvent augmenter le niveau de pH de l’urine et la rendre plus alcaline. C’est une cause fréquente de calculs de struvite
  • Hyperuricosurie – un problème de métabolisme de l’acide urique, conduisant au développement de calculs d’acide urique
  • Cystinurie – trouble rare entraînant une production excessive de cystine, qui conduit au développement de calculs de cystine
  • Hyperoxalurie – lorsque le sang contient des niveaux excessifs d’oxalate
  • Un excès d’apport en vitamine D.

Signes et symptômes

Le symptôme le plus courant des calculs rénaux est une douleur intense dans la région lombaire, c’est-à-dire la zone du dos située entre le bas des côtes et l’os de la hanche. La douleur peut être ressentie dans l’abdomen ou le bas du dos et peut irradier jusqu’à la région de l’aine. La douleur est appelée colique néphrétique et peut durer un court moment ou plusieurs heures avant de s’atténuer. La colique rénale est causée par l’uretère qui tente d’expulser le calcul vers la vessie par un mouvement ondulatoire (péristaltisme).
Les autres symptômes qui peuvent être ressentis sont les suivants

  • Nausées et vomissements
  • Sang dans les urines – suite à une lésion de la muqueuse de l’uretère ou à la présence d’une infection
  • Fièvre ou frissons
  • Infections urinaires répétées.

Diagnostic

En cas de suspicion de calculs rénaux, il est important de consulter rapidement un médecin pour obtenir un diagnostic et un traitement. Souvent, le diagnostic de calculs rénaux peut être établi sur la base des symptômes présentés et de la présence de sang dans les urines. Une échographie et/ou une radiographie abdominale sont généralement effectuées pour confirmer le diagnostic. Une fois le diagnostic de calculs rénaux établi, il peut être recommandé de consulter un urologue spécialisé pour un examen plus approfondi. Parfois, le spécialiste peut demander qu’un scanner ou une radiographie spéciale utilisant un colorant de contraste (urogramme intraveineux) soit effectué pour identifier avec précision la taille et l’emplacement des calculs rénaux.

Traitement

Le traitement des calculs rénaux varie en fonction du type de calcul et de sa cause. Le traitement initial vise à soulager la douleur. Il peut comprendre l’administration de médicaments anti-inflammatoires (tels que le diclofénac ou l’ibuprofène) et/ou un soulagement puissant de la douleur à base de narcotiques (tels que la morphine). Si la douleur et les autres symptômes sont graves, une hospitalisation peut être nécessaire pour que le soulagement de la douleur et les liquides puissent être administrés par un goutte-à-goutte dans une veine (par voie intraveineuse). En cas de suspicion ou de preuve de présence d’une infection, des antibiotiques peuvent être administrés. Les conditions médicales sous-jacentes qui ont conduit au développement des calculs rénaux devront être identifiées et traitées afin de prévenir la récurrence des calculs rénaux.
Dans la majorité des cas, les calculs rénaux passent d’eux-mêmes. Dans ces cas, le seul traitement nécessaire est un soulagement adéquat de la douleur et beaucoup de liquide et de repos. Des médicaments peuvent être administrés pour détendre les muscles de l’uretère, ce qui aide les calculs rénaux à passer plus rapidement et avec moins de douleur. Dans le cas des calculs d’acide urique, des médicaments peuvent être administrés pour aider à dissoudre les calculs. Lorsque les calculs sont trop gros pour être évacués, que la douleur est excessive ou qu’il y a des signes de lésions ou d’infections rénales, un traitement supplémentaire pour éliminer les calculs peut être nécessaire.
Les calculs sont généralement enlevés de deux manières principales : par chirurgie ou par lithotripsie. La méthode utilisée pour enlever les calculs rénaux dépend de divers facteurs tels que l’âge, les antécédents médicaux et l’état de la personne, ainsi que la taille, le type et l’emplacement des calculs.
Chirurgie
Les différentes techniques chirurgicales utilisées pour enlever les calculs rénaux sont les suivantes

  • Élimination des calculs urétéraux – passage d’un tube par l’urètre et la vessie dans l’uretère, où les calculs rénaux sont localisés et éliminés
  • Néphrolithotomie percutanée (PCNL) – Procédé consistant à insérer un tube fin muni d’une caméra à son extrémité (un néphroscope) directement dans le rein à travers la peau. Le calcul est localisé et retiré par le tube ou brisé par des ondes ultrasoniques
  • Chirurgie ouverte – Elle peut être nécessaire si les calculs sont gros, s’ils sont logés dans le rein et si les autres techniques d’ablation des calculs ne conviennent pas.

Lithotripsie (lithotripsie extracorporelle par ondes de choc)
La lithotripsie est une alternative non invasive à la chirurgie et est généralement utilisée pour traiter les calculs rénaux de moins de 2 centimètres de diamètre. Elle utilise des ondes de choc à haute énergie pour briser les calculs. Une fois que les calculs sont désintégrés, les fragments de sable qui restent sont évacués du corps dans l’urine. Les gros calculs peuvent nécessiter plus d’un traitement par lithotripsie. Pour en savoir plus sur ce traitement, consultez notre page sur la lithotripsie pour les calculs rénaux.

Prévention

Une fois qu’une personne a eu un calcul rénal, il y a une probabilité accrue qu’elle en ait d’autres. Les mesures qui peuvent être prises pour prévenir le développement ou la récurrence des calculs rénaux sont les suivantes

  • Boire beaucoup de liquide – 2 litres par jour est généralement recommandé
  • Traiter de manière adéquate les conditions médicales sous-jacentes
  • Éviter les aliments à forte teneur en oxalate ou en sel
  • Manger de la viande avec modération

Sauf avis contraire d’un médecin, les personnes souffrant de calculs rénaux doivent continuer à manger des aliments riches en calcium car les régimes alimentaires pauvres en calcium peuvent augmenter le risque de calculs rénaux chez certaines personnes. Elles doivent également consulter un médecin avant de prendre des suppléments de calcium, car ceux-ci ont été associés à un risque accru de calculs rénaux.
Dans certains cas, des médicaments peuvent être utilisés pour aider à prévenir la formation de calculs rénaux en contrôlant la quantité de minéraux et d’acide dans l’urine. Le type de médicament prescrit dépendra du type de calcul rénal que la personne a déjà eu, par exemple : diurétiques thiazidiques pour les calculs calciques et allopurinol pour les calculs d’acide urique.
Il peut être recommandé de consulter un diététicien pour gérer les changements de régime alimentaire.

Références:
https://www.healthpoint.co.nz/public/urology/auckland-regional-urology-service/kidney-stones/
http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/kidney-stones/home/ovc-20319559
http://www.nhs.uk/Conditions/Kidney-stones/Pages/Introduction.aspx

Laisser un commentaire