Colite ulcéreuse – causes, symptômes, traitement

Diffuser partout !


La colite ulcéreuse est une forme de maladie inflammatoire de l’intestin qui provoque un gonflement, une ulcération et une perte de fonction du côlon (gros intestin) et du rectum. La diarrhée sanglante et les douleurs abdominales basses sont les symptômes les plus courants.

Le diagnostic de la maladie nécessite normalement un examen endoscopique et des tests de biopsie. La colite ulcéreuse est une maladie chronique (à long terme) qui nécessitera probablement un traitement continu pour traiter les « poussées » (aggravation des symptômes) et maintenir les périodes de rémission (absence de symptômes).

La colite ulcéreuse est liée à un autre type de maladie inflammatoire de l’intestin – la maladie de Crohn. Certains des symptômes sont similaires mais, alors que ce sont principalement le gros intestin et le rectum qui sont touchés par la colite ulcéreuse, la maladie de Crohn peut se développer dans n’importe quelle partie du tube digestif. On estime que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse touchent environ 15 000 Néo-Zélandais.

La colite ulcéreuse peut commencer à tout âge, mais elle survient le plus souvent chez les jeunes adultes entre 15 et 25 ans. Cette maladie a également une incidence accrue entre 50 et 70 ans. Les enfants sont rarement touchés. Les femmes sont plus souvent touchées par cette maladie que les hommes.

Causes

La cause exacte de la colite ulcéreuse est inconnue. On a émis l’hypothèse qu’il s’agit d’une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire intestinal attaque les cellules et les tissus intestinaux sains. La susceptibilité à ce comportement anormal du système immunitaire intestinal pourrait être héréditaire.

Les personnes qui ont un parent au premier degré (c’est-à-dire un frère, une sœur, un enfant, un parent) atteint de colite ulcéreuse sont plus susceptibles de développer la maladie. Ces dernières années, environ 30 gènes susceptibles d’augmenter la susceptibilité à la maladie ont été identifiés. Des facteurs environnementaux peuvent également jouer un rôle. Les facteurs liés au mode de vie, tels que le stress et la consommation de certains aliments, ne provoquent pas la colite ulcéreuse mais peuvent en aggraver les symptômes.

Signes et symptômes

Les symptômes les plus courants de la colite ulcéreuse sont des épisodes de diarrhée sanglante et des douleurs dans le bas-ventre. Il peut également y avoir une sensation de besoin urgent d’aller à la selle. Les selles peuvent être explosives et peuvent contenir du mucus ou du pus. Les autres symptômes qui peuvent être ressentis sont les suivants :

  • Fatigue
  • Faiblesse
  • Un sentiment général de mauvaise santé
  • Perte de poids
  • Perte d’appétit
  • Balancement de l’abdomen

Les symptômes varient en fréquence et en gravité. Environ la moitié des personnes atteintes ne présentent que des symptômes légers. Cependant, pour d’autres, les symptômes seront plus graves. La gravité des symptômes tend à être liée à l’étendue du côlon touché.

La colite ulcéreuse se caractérise par des épisodes où les symptômes sont problématiques (« poussées ») et des épisodes où les symptômes sont absents (rémissions). Les complications possibles de la colite ulcéreuse comprennent les ulcères dans la bouche, l’inflammation de l’iris (œil), l’arthrite, les lésions cutanées, les caillots sanguins, l’intolérance au lactose et l’anémie.

Il existe également un risque accru de cancer de l’intestin/colorectal chez les patients qui souffrent de colite ulcéreuse étendue depuis plusieurs années.

Diagnostic

La colite ulcéreuse peut être suspectée lorsqu’une personne a présenté des symptômes de saignement rectal, de diarrhée intermittente et de douleurs abdominales.

Dans le cadre du diagnostic, le médecin prendra un historique médical complet et procédera à un examen physique. Le médecin peut demander que des analyses de sang et des prélèvements de selles (échantillons de caca) soient effectués.
Dans le cas de la colite ulcéreuse, les résultats des analyses sanguines indiquent souvent une anémie et des signes d’inflammation dans l’organisme. Les échantillons de selles indiqueront souvent la présence de sang, de pus et de mucus.

Si l’on suspecte une colite ulcéreuse, une endoscopie peut être recommandée. L’endoscopie est le test de diagnostic le plus important utilisé pour diagnostiquer la colite ulcéreuse. Au cours de cet examen, un petit tube flexible (un endoscope) muni d’une caméra à fibre optique à son extrémité est introduit dans le rectum et le côlon. Le médecin peut voir la paroi du rectum et du côlon sur un écran de télévision et peut rechercher des signes d’inflammation et d’ulcération qui peuvent indiquer une colite ulcéreuse. De petits échantillons de tissus (biopsies) de la muqueuse du côlon et du rectum peuvent être prélevés pour être analysés. La colite ulcéreuse peut être diagnostiquée par les anomalies caractéristiques de ce tissu.
La colite ulcéreuse touche le plus souvent le rectum et la partie inférieure du côlon (le côlon sigmoïde).

Traitement

L’objectif du traitement est de réduire les symptômes et de prévenir les complications de la maladie en réduisant l’inflammation et en maintenant les périodes de rémission.
Le type de traitement recommandé dépendra de l’étendue et de la gravité de l’affection. L’âge, l’état de santé général, le mode de vie et les choix personnels d’une personne seront également pris en compte. Dans les cas très légers, des modifications du régime alimentaire et une réduction du stress peuvent suffire à gérer efficacement les symptômes. Toutefois, dans les cas graves, une intervention chirurgicale pour retirer le côlon et le rectum peut être nécessaire. Les options de traitement comprennent :

Réduction du stress
Si le stress ne provoque pas de colite ulcéreuse, il peut aggraver les symptômes chez certaines personnes. La mise au point de techniques visant à réduire le stress peut aider à gérer cette affection.

Régime alimentaire
Il n’y a pas de preuve qu’un régime alimentaire spécifique puisse être utilisé pour traiter la colite ulcéreuse. Certains aliments peuvent toutefois aggraver les symptômes chez certaines personnes. La tenue d’un journal alimentaire peut aider à identifier les aliments qui posent problème. Une fois identifiés, ces aliments doivent être évités lors des poussées. Il peut être recommandé d’ajouter des suppléments de vitamines et de minéraux, tels que le fer et le calcium, à l’alimentation.
Thérapies alternatives
Certaines personnes ont constaté que des thérapies telles que le massage, le yoga, l’acupuncture et la naturopathie ont aidé à gérer leur état. Il est conseillé d’en discuter avec le médecin avant de les entreprendre.
Médicaments
Le traitement de la colite ulcéreuse implique généralement l’utilisation de médicaments anti-inflammatoires contenant de l’acide 5-aminosalicylique (5-ASA). Parmi ces médicaments, on trouve par exemple la sulfasalazine, la mésalazine et l’olsalazine. Ces médicaments réduisent l’inflammation dans le côlon et le rectum, ce qui entraîne une diminution des symptômes. Ils sont généralement pris à long terme et peuvent aider à prévenir les poussées.
Les poussées graves de colite ulcéreuse peuvent nécessiter une hospitalisation. Des corticostéroïdes, tels que le budésonide et la prednisone, peuvent être nécessaires et peuvent être administrés par la bouche, par goutte-à-goutte (par voie intraveineuse) ou dans le rectum (sous forme de lavement ou de suppositoire). En raison des effets secondaires, les corticostéroïdes ne sont généralement pas administrés à long terme.

Des médicaments pour supprimer le système immunitaire peuvent être recommandés et sont souvent utilisés en combinaison. L’azathioprine et la cyclosporine sont des exemples de ces médicaments. L’infliximab, l’adalimumab et le golimumab – de nouveaux types de médicaments connus sous le nom de produits biologiques qui modifient la fonction du système immunitaire – sont disponibles pour les personnes souffrant de colite ulcéreuse active dont les symptômes ne sont pas correctement contrôlés par le 5-AAS et les corticostéroïdes.

Cependant, l’utilisation de ces médicaments peut être limitée par leur coût élevé. La déshydratation causée par une diarrhée abondante peut devoir être traitée en donnant des fluides par le biais d’un goutte-à-goutte. Des médicaments pour soulager la douleur et la diarrhée peuvent également être administrés. Des antibiotiques peuvent être nécessaires si une infection est présente dans le côlon.
La perte de sang par le rectum sur une longue période peut entraîner une anémie. Des comprimés de fer peuvent être prescrits pour corriger l’anémie et prévenir sa récurrence. Dans les cas de perte de sang importante, des transfusions sanguines peuvent être nécessaires.

Chirurgie
Dans les cas graves, lorsque les médicaments et le traitement de soutien n’ont pas réussi à maîtriser l’affection, ou lorsque les effets secondaires des médicaments sont intolérables, une chirurgie peut être nécessaire. Il existe trois techniques chirurgicales principales pour le traitement de la colite ulcéreuse.

Proctocolectomie totale et iléostomie
implique l’ablation de tout le côlon et du rectum. L’extrémité de l’intestin grêle est amenée sur la paroi de l’abdomen. Un sac collecteur est placé au-dessus de l’ouverture et les matières fécales y passent. Le sac est vidé par la personne selon ses besoins. L’iléostomie est permanente. Ce type de chirurgie offre un remède permanent à la colite ulcéreuse.

Collectomie sous-totale et anastomose iléo-rectale est une intervention où la plus grande partie du côlon est enlevée, mais où le rectum est conservé. L’extrémité inférieure de l’intestin grêle est reliée à l’extrémité supérieure du rectum.

L’anastomose iléo-rectale (« opération de la poche ») consiste à enlever la totalité du côlon et du rectum. Une section de l’intestin grêle est utilisée pour fabriquer une petite poche dans laquelle les matières fécales peuvent être stockées. La poche est ensuite attachée à l’anus. Cette technique chirurgicale ne nécessite pas d’iléostomie permanente.

Références:
http://emedicine.medscape.com/article/183084-overview#a1
https://crohnsandcolitis.org.nz/Colitis
http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/ulcerative-colitis/diagnosis-treatment/treatment/txc-20342766
http://www.health.govt.nz/your-health/conditions-and-treatments/diseases-and-illnesses/inflammatory-bowel-disease

Laisser un commentaire