Commotion cérébrale – causes, symptômes, traitement

Diffuser partout !


La commotion cérébrale est la perte temporaire de la fonction cérébrale causée par une lésion cérébrale. Les symptômes d’une commotion cérébrale comprennent des maux de tête et des problèmes de mémoire, de concentration, d’équilibre et de coordination. Le traitement consiste principalement en un repos.
Certaines commotions cérébrales entraînent une perte de conscience, mais la plupart ne le font pas. Il est possible de subir une légère commotion cérébrale sans s’en rendre compte. La plupart des personnes se rétablissent généralement complètement après une commotion cérébrale, tandis que certaines peuvent éprouver des problèmes plus durables.
Il est important d’éviter les blessures à la tête car il est prouvé que les commotions répétées peuvent entraîner des problèmes de capacités mentales à long terme et déclencher la démence. Cela semble être un risque pour les athlètes professionnels qui subissent des épisodes fréquents de commotion cérébrale grave.

Causes

Votre crâne constitue une enveloppe protectrice pour votre cerveau. Cependant, un coup violent porté à la tête et au haut du corps peut provoquer un mouvement soudain et violent du cerveau, qui entre en collision avec cette enveloppe protectrice, entraînant des lésions cérébrales. Une accélération ou une décélération soudaine de la tête, telle que celle provoquée par un accident de voiture ou par une secousse violente, peut également entraîner des lésions cérébrales.
Ces blessures entraînent une perte de fonction cérébrale, généralement temporaire, qui se manifeste par des signes et des symptômes de commotion cérébrale. Les lésions cérébrales graves peuvent entraîner des hémorragies dans le cerveau ou autour de celui-ci. Les saignements liés au cerveau peuvent mettre la vie en danger, c’est pourquoi les personnes souffrant de traumatismes crâniens doivent être surveillées après la blessure et recevoir des soins d’urgence si les symptômes s’aggravent.

Les commotions cérébrales sont fréquentes dans les sports de combat (tels que la boxe et les arts martiaux), les sports de contact (comme le rugby et le football) et les accidents de vélo. Les chutes accidentelles, en particulier chez les jeunes enfants et les personnes âgées, et les accidents de voiture sont également des causes courantes de commotion cérébrale. Les commotions cérébrales peuvent également se produire chez les victimes de violence physique ou d’abus.
Un coup ou un accident provoquant une commotion cérébrale peut également provoquer un coup de fouet, dont certains symptômes sont similaires à ceux d’une commotion cérébrale.

Signes et symptômes

Les symptômes de commotion peuvent être légers ou graves. Une commotion cérébrale grave peut entraîner une perte de conscience prolongée et peut nécessiter des soins d’urgence.
Les signes et symptômes les plus courants d’une commotion cérébrale sont les suivants

  • Sentiment de stupéfaction ou d’étourdissement
  • Confusion, par exemple un retard dans la réponse aux questions
  • Maux de tête
  • Nausées
  • Bruit dans les oreilles
  • Vertiges
  • Fatigue
  • Troubles de la vision (vision double ou floue ou « voir les étoiles »)
  • Perte de mémoire (amnésie) qui s’améliore en quelques heures.

Il convient de consulter un médecin si les symptômes s’aggravent ou s’il existe des symptômes plus graves tels que :

  • Perte de conscience, même brève
  • Vomissements répétés
  • Discours mal articulé
  • Confusion ou désorientation
  • Convulsions ou saisies
  • Perte de mémoire, par exemple incapacité à se souvenir de ce qui s’est passé avant ou après la commotion cérébrale
  • Changements d’humeur ou de comportement, par exemple une irritabilité inhabituelle
  • Somnolence ou difficulté à rester éveillé
  • Un mal de tête qui s’aggrave et ne disparaît pas
  • Faiblesse, engourdissement ou manque de coordination physique.

Les symptômes d’une commotion cérébrale peuvent être retardés et n’apparaître que des jours ou des semaines après la blessure.
La commotion cérébrale peut être moins évidente chez les nourrissons et les jeunes enfants. Un changement de comportement normal après une blessure à la tête, par exemple des pleurs excessifs, des changements dans les habitudes d’alimentation ou de sommeil, ou un intérêt réduit pour les gens ou les jouets favoris sont des signes clés à surveiller.

Diagnostic de commotion cérébrale

Pour diagnostiquer une commotion cérébrale, un professionnel de la santé s’informera de la blessure et procédera à un examen physique. Il vérifiera probablement la vision, l’audition, l’équilibre, la coordination et les réflexes pour voir si votre système nerveux fonctionne correctement. Il peut également poser des questions pour vérifier la capacité de réflexion, la concentration et la mémoire (y compris le souvenir de choses qui se sont produites immédiatement avant ou après la blessure).
Dans certains cas, comme chez les personnes présentant de graves symptômes de commotion cérébrale qui s’aggravent, une tomodensitométrie (CT) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM) peut être utilisée pour vérifier s’il y a des saignements ou des gonflements dans le cerveau et des fractures du crâne.

Traitement de la commotion cérébrale

Une surveillance attentive (généralement pendant 48 heures) peut être nécessaire après une commotion cérébrale pour s’assurer que les symptômes n’empirent pas ou parce que les symptômes de la commotion cérébrale pourraient indiquer un saignement lié au cerveau.
Le repos est important car il aide le cerveau à se remettre d’une commotion cérébrale. Il peut s’agir de limiter les activités physiques et mentales qui demandent beaucoup de concentration, comme les études, le travail sur ordinateur ou les jeux vidéo. Ces activités peuvent exacerber les symptômes de la commotion cérébrale, tels que les maux de tête ou la fatigue.
Une personne qui a subi une commotion cérébrale ne doit pas reprendre une activité sportive ou vigoureuse pendant au moins trois semaines.

Après cette période, si vous ne présentez aucun symptôme de votre blessure et que votre médecin vous en a donné la possibilité, vous pouvez reprendre vos activités physiques.
Les soins personnels pour les symptômes de commotion cérébrale comprennent :

  • Avoir quelqu’un pour rester avec vous pendant les 48 premières heures après la blessure
  • Prenez beaucoup de repos et évitez les situations stressantes
  • Appliquer une compresse froide sur la blessure pour réduire le gonflement
  • Prenez du paracétamol pour soulager les maux de tête. Ne pas utiliser d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), tels que l’ibuprofène ou l’aspirine, qui peuvent augmenter le risque d’hémorragie interne
  • Éviter de boire de l’alcool ou de prendre des drogues récréatives
  • Ne retournez à l’école ou au travail que lorsque vous vous sentez complètement remis.

Prévention

Les précautions suivantes peuvent contribuer à minimiser le risque de commotion cérébrale :

  • Porter un casque ou un équipement de protection de la tête en faisant de la bicyclette, de la moto ou du snowboard ou en pratiquant toute activité de loisir susceptible d’entraîner un traumatisme crânien
  • Porter sa ceinture de sécurité en conduisant
  • A la maison, gardez les sols et les escaliers libres de tout ce qui pourrait faire trébucher et tomber quelqu’un. Bloquez l’accès aux escaliers pour réduire le risque de blessures à la tête des jeunes enfants
  • Nettoyer les déversements pour éviter que quelqu’un ne glisse et ne tombe
  • Faites régulièrement de l’exercice pour renforcer les muscles de vos jambes et améliorer votre équilibre.

Références:
https://www.health.govt.nz/your-health/conditions-and-treatments/accidents-and-injuries/head-injury-and-concussion
http://www.nhs.uk/conditions/Dehydration/Pages/Introduction.aspx
https://www.nhsinform.scot/illnesses-and-conditions/injuries/head-and-neck-injuries/concussion#introduction

Laisser un commentaire