Démence – symptômes, causes, traitement

Diffuser partout !


La démence est un terme qui désigne un groupe de symptômes qui indiquent une perte de fonction cérébrale. Le traitement dépend du type de démence, mais la plupart des types sont incurables.
La démence n’est pas une maladie spécifique. C’est un terme général qui couvre un ensemble de symptômes connexes associés à un déclin de la mémoire, de la pensée, de la compréhension et du jugement.
Il existe différents types de démence :

  • Les démences progressives se caractérisent par des modifications des fonctions cérébrales qui s’aggravent avec le temps et sont permanentes. Dans le cas de la démence progressive, les symptômes réduisent la capacité d’une personne à effectuer des activités quotidiennes et à socialiser
  • Certaines formes de démence (ou des conditions qui provoquent des symptômes semblables à ceux de la démence) peuvent s’améliorer avec un traitement et sont parfois appelées démence réversible.

Si la démence est plus fréquente chez les personnes de plus de 65 ans, elle ne fait pas partie du processus normal de vieillissement. On estime que la démence touche environ 70 000 Néo-Zélandais.
Un certain degré de perte de mémoire est raisonnablement courant chez les personnes âgées mais, en l’absence d’une condition médicale sous-jacente, ce n’est pas considéré comme de la démence.
La démence peut toucher des personnes aussi jeunes que 45 ans. La démence qui se développe avant l’âge de 65 ans est appelée démence précoce.

Causes

La démence est causée par une lésion du cerveau qui interfère avec la capacité des cellules nerveuses à communiquer entre elles.
Parmi les différents types de démence progressive et leurs causes, on peut citer

    • Maladie d’Alzheimer : la forme de démence la plus courante chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Des formations de protéines anormales, appelées plaques et enchevêtrements, sont souvent observées dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer
    • Démence vasculaire : résultat de l’endommagement des vaisseaux sanguins du cerveau, qui peut être causé par un accident vasculaire cérébral
    • Démence des corps de Lewy : présence d’amas anormaux de protéines appelés corps de Lewy dans les parties du cerveau impliquées dans la pensée, la mémoire et le mouvement. Les corps de Lewy sont également présents dans le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et de la maladie de Parkinson
    • Démence frontotemporale : dégénérescence des cellules nerveuses dans les zones du cerveau associées à la personnalité, au comportement et au langage
    • Démence mixte : une combinaison de la maladie d’Alzheimer, de la démence vasculaire et de la démence à corps de Lewy
    • Démence associée à des traumatismes crâniens (notamment des commotions cérébrales répétées) ou à des troubles tels que la maladie de Parkinson, la maladie de Huntington et la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Démence associée à des traumatismes crâniens (notamment des commotions cérébrales répétées) ou à des troubles tels que la maladie de Parkinson, la maladie de Huntington et la maladie de Creutzfeldt-Jakob.

Parmi les différents types de démence ou de symptômes similaires à la démence qui peuvent être inversés par un traitement, on peut citer

  • Infection : la fièvre et les autres conséquences de la lutte de l’organisme contre une infection peuvent produire des symptômes qui ressemblent à la démence
  • Désordres du système immunitaire : comme la sclérose en plaques
  • Anomalies endocriniennes : taux d’hormones thyroïdiennes élevés ou faibles
  • Problèmes métaboliques : faible taux de sucre dans le sang ; taux élevé de calcium dans le sang ; ou capacité réduite à absorber la vitamine B12
  • Carences nutritionnelles : déshydratation et manque de certaines vitamines alimentaires
  • Réactions aux médicaments : certains médicaments ou une interaction de plusieurs médicaments différents
  • Sautes au cerveau, fréquentes après une chute chez les personnes âgées.
  • Poisonnement : exposition aux métaux lourds (par exemple, le plomb, l’arsenic) ou à d’autres poisons (par exemple, les pesticides)
  • Alcoolisme ou consommation de drogues à des fins récréatives
  • Tumurs cérébrales : bien que rares, les dommages causés par une tumeur cérébrale peuvent entraîner une démence
  • L’insuffisance d’oxygène atteignant les tissus du cerveau ou du corps, par exemple en raison d’un asthme grave, d’une crise cardiaque ou d’un empoisonnement au monoxyde de carbone.

Facteurs de risque

De nombreux facteurs peuvent augmenter le risque qu’une personne développe une démence, notamment

  • Age : bien que la démence ne fasse pas partie du processus normal de vieillissement, le risque de la développer augmente avec l’âge
  • Historique familiale : certaines mutations génétiques augmentent le risque de démence.
  • Syndrome de Down : de nombreuses personnes atteintes du syndrome de Down développent une maladie d’Alzheimer à apparition précoce
  • Déficience cognitive légère : les personnes ayant des difficultés de mémoire mais sans perte de fonction quotidienne sont plus exposées au risque de démence
  • Facteurs de risque cardiovasculaire : notamment l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie et l’obésité.
  • Dépression : lorsqu’elle apparaît à un âge avancé, la dépression peut indiquer le développement d’une démence
  • Diabète : est associé à un risque accru de démence, en particulier le diabète mal contrôlé
  • Consommation importante d’alcool et tabagisme
  • Apnée du sommeil : les personnes qui ronflent et arrêtent fréquemment de respirer pendant leur sommeil peuvent subir des pertes de mémoire réversibles
  • Les lésions cérébrales traumatiques (par exemple, suite à des chutes, des accidents de voiture ou des activités sportives) peuvent avoir des effets directs et augmenter le risque futur de développer une démence.

Signes et symptômes

En général, les signes et symptômes les plus courants de la démence sont liés aux changements cognitifs (c’est-à-dire la connaissance, la réflexion, l’apprentissage, la compréhension) et aux changements psychologiques (c’est-à-dire les émotions et le comportement) :
Changements cognitifs :
Changements cognitifs :

  • Perte de mémoire
  • Problèmes de langue et de communication
  • Capacité réduite à effectuer des tâches complexes
  • Défaillance du raisonnement ou de la capacité à résoudre les problèmes
  • Difficile de planifier et d’organiser les choses
  • Défaut de jugement et contrôle des impulsions
  • Confusion et désorientation.

Changements psychologiques :

  • Changements de personnalité ou de caractère
  • Comportement inapproprié
  • Changements d’humeur, y compris dépression et anxiété
  • Agitation
  • Paranoïa et hallucinations.

Dans la démence progressive, les symptômes d’une personne s’aggravent avec le temps et elle peut éventuellement avoir besoin d’aide pour les activités de la vie quotidienne comme s’habiller, aller aux toilettes et se doucher.

Diagnostic

Le diagnostic de la démence est basé sur la prise d’antécédents médicaux, un examen physique, des tests de laboratoire et la présence de changements caractéristiques dans la pensée, le fonctionnement quotidien et le comportement.
Plusieurs tests sont susceptibles d’être nécessaires pour confirmer un diagnostic de démence et pour aider à déterminer le type de démence. Ces tests comprennent :

  • Tests cognitifs et neuropsychologiques : pour évaluer des composantes spécifiques de la fonction cognitive, par exemple la mémoire, le raisonnement et le jugement, les compétences linguistiques et l’attention
  • Scanner du cerveau : la tomographie assistée par ordinateur (CT) ou l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent être utilisées pour vérifier la présence d’un accident vasculaire cérébral, d’une hémorragie, d’une tumeur ou d’une hydrocéphalie (liquide sur le cerveau), qui peuvent provoquer des symptômes de type démence. Une tomographie par émission de positons (TEP) permet de montrer si certaines formes d’agrégats de protéines sont présentes dans le cerveau
  • Tests de laboratoire : les tests sanguins peuvent détecter d’autres causes de dysfonctionnement du cerveau, comme une carence en vitamine B12, l’hypothyroïdie, des niveaux élevés de calcium dans le sang
  • Evaluation psychiatrique : permet de déterminer si la dépression ou un autre problème de santé mentale contribue aux symptômes.

Bien qu’un médecin puisse déterminer qu’une personne est atteinte de démence avec un niveau de confiance élevé, déterminer le type spécifique de démence est plus difficile, principalement parce que les symptômes et les changements cérébraux des différents types de démence peuvent se chevaucher.
Il est important d’obtenir un diagnostic précoce, car cela permet de tirer le meilleur parti des traitements disponibles et de planifier l’avenir. Un diagnostic précoce est également recommandé car certaines causes des symptômes de la démence sont réversibles.

Traitement

Il n’existe pas de remède à la démence progressive, ni de traitement qui en arrête la progression. Toutefois, les médicaments peuvent ralentir la progression de certaines formes de démence et améliorer la qualité de vie et la capacité à accomplir les tâches quotidiennes.
Les médicaments suivants sont utilisés pour réduire temporairement les symptômes de la démence progressive :

  • Les inhibiteurs de la cholinestérase agissent en stimulant les niveaux cérébraux d’un messager chimique particulier impliqué dans la mémoire et le jugement. Les effets secondaires peuvent comprendre des nausées, des vomissements et des diarrhées
  • Memantine fonctionne en régulant l’activité d’un autre messager chimique dans le cerveau impliqué dans l’apprentissage et la mémoire. Les étourdissements sont un effet secondaire courant
  • D’autres médicaments peuvent être prescrits pour traiter d’autres symptômes ou affections, comme l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil ou l’agitation.

Changements de mode de vie

Certains changements de mode de vie peuvent contribuer à ralentir ou à prévenir l’apparition d’une démence progressive :

  • Exercice physique : de plus en plus de preuves suggèrent que l’exercice quotidien protège le cerveau de la démence, peut-être en augmentant le flux sanguin vers le cerveau
  • Régime alimentaire : une alimentation saine est bénéfique à la fois pour le corps et pour le cerveau. Il est prouvé qu’un régime alimentaire sain pour le cœur, comme le régime méditerranéen, contribue également à réduire le risque de développer une démence
  • Socialiser : rester socialement interactif et s’engager dans des activités sociales (telles que la danse, la peinture et les cours de cuisine) aide à garder le cerveau stimulé
  • Exercices cérébraux : lecture, mots croisés, mots cachés et jeux de mémoire pour garder l’esprit actif
  • Boire moins d’alcool et arrêter de fumer.

Références:
https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/dementia/symptoms-causes/syc-20352013
https://medlineplus.gov/ency/article/000683.htm
https://www.health.govt.nz/your-health/conditions-and-treatments/diseases-and-illnesses/dementia
https://www.nhs.uk/conditions/dementia/about/

Laisser un commentaire