Eviter les produits contenant le dioxyde de titane

Diffuser partout !


Selon une étude récente de l’association Agir pour l’environnement, deux tiers des dentifrices vendus en France contient du Dioxyde de titane E171, une substance qui contient des nanoparticules inquiétantes car inférieure à 100 nanomètres, leur pénétration dans l’organisme est facile !
Puisque la liste des dentifrices sans dioxyde de titane E171 peut changer et doit changer, je dois vous conseiller de la consulter d’une fois à l’autre avant d’acheter votre produit:

dentifrice sans dioxyde de titane

voici la Liste des dentifrices sans dioxyde de titane sur le site officiel de l’association Agir pour l’environnement:

Liste verte des Dentifrices sans dioxyde de titane

selon l’association, le dioxyde de titane E171 ne sert qu’à colorer la pâte de dentifricen’a rien à faire dans nos dentifrices ! Il doit être interdit et les fabricants doivent cesser dès maintenant de l’utiliser.

N’oubliez pas de consulter aussi la liste des produits contenant ou pouvant contenir des nanoparticules: voir la liste

Les nanoparticules de dioxyde de titane peuvent entraîner un dysfonctionnement neurologique, des troubles génétiques et peut-être même le cancer.
Les bonbons et la gomme à mâcher, ainsi que le dentifrice et la crème solaire, contiennent les niveaux les plus élevés de nanoparticules de dioxyde de titane.
Les enfants peuvent recevoir les niveaux d’exposition les plus élevés (de deux à quatre fois plus que les adultes) de nanoparticules de dioxyde de titane.

La France voulait bien suspend cette substance, largement utilisé comme additif alimentaire dans les bonbons, les pâtisseries et même le pain, après que des études aient suggéré qu’il pourrait causer le cancer.

Le dioxyde de titane est principalement utilisé comme composant blanchissant et éclaircissant dans les bonbons, la gomme à mâcher, les sauces blanches et le glaçage à gâteau, est connu sous le nom de colorant artificiel E171 sur les étiquettes alimentaires.

Il est également utilisé dans les écrans solaires en raison de la capacité de la molécule à réfléchir les rayons ultraviolets.

« Nous voulons suspendre l’utilisation de cette substance comme additif alimentaire en France d’ici la fin de l’année « , a déclaré Brune Poirson, ministre de l’Environnement.

La France a demandé à la Commission européenne de prendre des mesures similaires étant donné que le dioxyde de titane est susceptible de présenter un risque grave pour la santé humaine », a-t-il ajouté.

Les critiques affirment que le dioxyde de titane ne sert à rien sur le plan nutritionnel, qu’il n’augmente pas la durée de conservation des produits et qu’il peut présenter un risque pour les humains puisque les nanoparticules peuvent traverser les parois protectrices d’organes tels que le foie, les poumons ou les intestins.

Des chercheurs français et luxembourgeois ont déclaré que le dioxyde de titane était approuvé aux États-Unis en 1966 à des niveaux ne dépassant pas un pour cent du poids d’un produit alimentaire, mais qu’il n’y avait pas de limites régissant l’ingestion quotidienne en Europe.

L’association française Agir pour l’environnement s’est félicitée de cette décision, tout en invitant le gouvernement à aller plus loin pour interdire le E171 dans les cosmétiques et les médicaments, avertissant qu’il y avait un risque qu’il puisse être absorbé par la peau.

bonbons et dioxyde de titane

De nombreuses marques françaises de bonbons ont déjà cessé d’utiliser le colorant alimentaire avant les restrictions prévues sur son utilisation.

Mars Chocolat France a déclaré qu’elle prévoyait d’éliminer totalement le dioxyde de titane de ses bonbons en Europe d’ici 2020, ajoutant que tous ses ingrédients avaient été approuvés par les autorités sanitaires européennes.

Les nanoparticules de dioxyde de titane peuvent endommager votre cerveau

les nanoparticules de dioxyde de titane sont le deuxième nanomatériau le plus produit dans le monde!

Son utilisation dans les produits de consommation a dépassé les recherches sur sa dangerosité, de sorte que les humains sont exposés à ses dangers plusieurs reprises avant que nous en sachions les conséquences. Ce que l’on sait, cependant, c’est que les nanoparticules de dioxyde de titane sont capables de se déplacer facilement de vos poumons ou de votre tractus gastro-intestinal vers d’autres organes.

De plus, des études animales indiquent une accumulation importante de nanoparticules dans le cerveau, tandis que des études de toxicité ont montré que les particules ont des effets négatifs sur la viabilité et le fonctionnement des cellules cérébrales.

Une étude récente a même montré que les nanoparticules de dioxyde de titane provoquent « une augmentation de génération d’espèces réactives d’oxygène et une diminution du potentiel des membranes mitochondriales, ce qui veut dire des lésions mitochondriales ».

Les chercheurs croient que l’exposition aux particules peut entraîner un dysfonctionnement neurologique. Plus précisément, on a découvert que les nanoparticules nuisent aux cellules astrocytaires, qui aident à réguler la sérotonine, la dopamine et les autres neurotransmetteurs.

Des niveaux élevés d’exposition (100 parties par million) ont tué les deux tiers de ces cellules cérébrales en un jour. Elle a également endommagé les mitochondries des cellules, ce qui peut entraîner la mort cellulaire.

Les risques environnementaux sont inconnus

Il est également préoccupant de savoir ce qui se passe lorsque toutes les nanoparticules contenues dans les produits de soins personnels (et excrétées après avoir été consommées dans les aliments) sont rejetées dans l’égout et jetées dans les toilettes.

Les nanomatériaux de dioxyde de titane (TiO2) présents dans les aliments, les produits de consommation et les produits ménagers sont rejetés sous forme d’excréments/urine, lavés des surfaces ou éliminés dans les eaux usées des stations d’épuration.

Bien que les plantes capturent la majeure partie du TiO2, des nanoparticules mesurant entre 4 et 30 nm ne seront pas absorbés et resteront dans l’effluent traité. Ces nanomatériaux seront ensuite libérés dans les eaux de surface, où ils peuvent interagir avec les organismes vivants.

Conseils pour éviter les nanoparticules de dioxyde de titane

Les nanoparticules de dioxyde de titane sont omniprésentes dans les aliments transformés, donc la meilleure façon de les éviter est de manger de vrais aliments. Pour éviter ces particules dans votre dentifrice, songez à faire votre propre dentifrice avec de l’huile de noix de coco. Quant à l’écran solaire, l’autre source majeure, il faut d’abord se rendre compte que le dioxyde de titane (et l’oxyde de zinc) est un excellent choix pour la protection solaire (et ne comporte pas les mêmes risques que l’oxybenzone, un produit chimique perturbateur des hormones de la protection solaire).

Par mesure de sécurité, cependant, recherchez du dioxyde de titane non nano-particulaire qui est testé et garanti comme n’étant pas nanométrique. De plus, réduisez autant que possible l’utilisation de votre écran solaire, ne l’utilisez que lorsque vous vous exposez au soleil pendant de longues périodes et qu’il est impossible de vous mettre à l’ombre, ou lorsque l’utilisation de vêtements pour vous couvrir n’est pas possible.

Laisser un commentaire