Embolie pulmonaire – symptômes et traitement

Diffuser partout !


L’embolie pulmonaire est une obstruction d’une artère pulmonaire dans les poumons. Il s’agit d’une maladie grave. Un diagnostic et un traitement rapides réduisent le risque de complications et de décès. La prévention de l’embolie pulmonaire se concentre sur la prévention ou le traitement des caillots sanguins formés dans les veines des jambes ou d’autres parties du corps (thrombose veineuse profonde).

On estime que chaque année, environ un être humain sur 3 500 développera une embolie pulmonaire. Parmi les personnes qui développent une embolie pulmonaire, 10% meurent dans la première heure et 33% meurent ensuite d’une embolie récurrente.

Causes

L’embolie pulmonaire est généralement causée par un caillot de sang qui se loge dans une artère pulmonaire. Une artère pulmonaire est un vaisseau sanguin important qui alimente les poumons en sang à partir du cœur. Plusieurs caillots sont souvent impliqués, mais pas toujours en même temps.

Ces caillots sanguins proviennent généralement des veines profondes des jambes, en particulier des mollets, mais peuvent moins souvent provenir d’autres parties du corps. La formation de caillots dans les veines est connue sous le nom de thrombose veineuse profonde (TVP).

Parfois, des substances autres qu’un caillot sanguin sont responsables de l’embolie pulmonaire. Une bulle d’air ou d’un autre gaz, du collagène ou un autre type de tissu, un fragment de tumeur ou un globule de graisse provenant de la moelle d’un os cassé peuvent voyager dans la circulation sanguine jusqu’aux poumons où ils peuvent également provoquer une embolie pulmonaire.

Facteurs de risque

Les caillots sanguins, et l’embolie pulmonaire qui s’ensuit, peuvent se développer chez n’importe qui. Toutefois, le risque d’embolie pulmonaire peut être accru par certains facteurs, notamment

Antécédents personnels et familiaux

  • Avoir déjà eu un caillot de sang
  • Avoir un membre de sa famille qui a eu un caillot de sang dans le passé.

Certaines maladies héréditaires rendent le sang plus susceptible de coaguler.


Facteurs généraux

  • Etre âgé de 60 ans ou plus
  • Fumer
  • être en surpoids, en particulier les femmes qui fument et/ou font de l’hypertension artérielle
  • Grossesse.

Pendant la grossesse, le poids du bébé qui appuie sur les veines du bassin peut ralentir le retour du sang des jambes, ce qui entraîne une accumulation de sang dans les jambes. Des caillots sont plus susceptibles de se former lorsque le sang ralentit ou s’accumule.


L’immobilité prolongée

  • Le repos au lit, c’est-à-dire être alité après une maladie grave (ex : accident vasculaire cérébral), une blessure grave ou après une opération chirurgicale
  • Longs voyages, c’est-à-dire : rester assis pendant plusieurs heures ou plus dans un avion, un train, un bus ou une voiture.
  • En restant allongé à l’horizontale pendant de longues périodes, le flux sanguin veineux ralentit et s’accumule dans les jambes. De même, rester assis pendant une longue période entraîne une réduction du flux sanguin veineux et une accumulation de sang dans la partie inférieure des jambes. Le ralentissement de la circulation sanguine ou l’accumulation de sang favorise la formation de caillots.

Maladies et traitements médicaux

  • Maladies cardiovasculaires, principalement l’insuffisance cardiaque
  • Cancer, en particulier le cancer du pancréas, des ovaires, du poumon, les cancers avec métastases
  • Femmes ayant des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein et prenant du tamoxifène ou du raloxifène
  • La chirurgie, qui est l’une des causes les plus fréquentes de caillots sanguins
  • Oestrogène supplémentaire, c’est-à-dire : pilules contraceptives et thérapie hormonale de substitution
  • Chimiothérapie et radiothérapie
  • Thrombophilie
  • Syndrome des antiphospholipides
  • Vasculite.

Toute condition médicale ou tout traitement qui augmente les niveaux de substances qui font coaguler le sang ou qui endommagent la surface intérieure des vaisseaux sanguins, ce qui rend également le sang plus susceptible de coaguler, augmente le risque d’embolie pulmonaire.

Complications

L’embolie pulmonaire est une maladie qui peut entraîner de graves complications et même la mort, surtout si un caillot sanguin est important ou s’il y a plus d’un caillot. Si elle n’est pas diagnostiquée et traitée, environ un tiers des cas d’embolie pulmonaire entraînent la mort.

La réduction du flux sanguin vers le tissu pulmonaire peut entraîner des lésions pulmonaires partielles. La perte d’une partie du poumon sain peut rendre plus difficile l’apport d’oxygène par les poumons au reste du corps, ce qui peut entraîner des lésions dans d’autres organes. L’endommagement des tissus pulmonaires peut également entraîner une hypertension pulmonaire, c’est-à-dire une augmentation de la pression dans les artères pulmonaires et le cœur. L’obstruction des artères pulmonaires oblige le cœur à travailler plus fort pour pomper le sang dans les vaisseaux touchés. Cela entraîne une augmentation de la pression sanguine dans les artères pulmonaires et le côté droit du cœur, ce qui peut affaiblir le cœur.

Signes et symptômes

Les signes et symptômes les plus courants de l’embolie pulmonaire sont les suivants

  • Capacité respiratoire qui survient soudainement et s’aggrave avec l’effort physique
  • Douleurs thoraciques, qui s’aggravent avec l’effort physique mais ne s’améliorent pas avec le repos
  • Toux qui peut produire du sang.

Parmi les signes et symptômes moins courants, on peut citer

  • Douleur ou gonflement de la jambe, généralement au niveau du mollet
  • Peau inflammable ou décolorée
  • Sudation excessive
  • Fièvre
  • Rapidité ou irrégularité du rythme cardiaque
  • Légèreté ou vertiges.

L’embolie pulmonaire pouvant être mortelle, il convient de consulter immédiatement un médecin en cas d’essoufflement inexpliqué, de douleurs thoraciques ou de toux produisant du sang.

Diagnostic

L’embolie pulmonaire peut être difficile à diagnostiquer car certaines personnes n’ont pas de symptômes évidents alors que chez d’autres, les symptômes sont non spécifiques. Le diagnostic est également difficile chez les personnes souffrant d’une maladie cardiaque ou pulmonaire sous-jacente.

L’embolie pulmonaire est généralement diagnostiquée par un ou plusieurs des tests suivants.

Tests sanguins

Une analyse de sang peut révéler un faible niveau d’oxygène dans le sang, qui peut être causé par un caillot dans un vaisseau sanguin du poumon, ou des niveaux élevés de la substance dissolvant les caillots, le dimère D, qui peuvent être augmentés en présence de caillots sanguins. Un test sanguin peut également déterminer si une personne est atteinte d’une maladie héréditaire de la coagulation.

Radiographie du thorax

Une radiographie produit des images sur film du cœur et des poumons. Elle ne permet pas de diagnostiquer une embolie pulmonaire, mais peut être utilisée pour exclure d’autres causes de douleurs thoraciques chez les patients suspectés d’embolie pulmonaire.

Échographie en duplex

L’ultrason utilise des ondes sonores qui rebondissent sur les vaisseaux sanguins, qui sont ensuite converties en images par un ordinateur. L’échographie duplex est un type d’ultrasons qui mesure la façon dont le sang circule dans les artères et les veines. Il est utilisé pour vérifier la présence de caillots sanguins dans les veines des jambes.

Tomographie spiralée assistée par ordinateur (CT) scan

Ce type de scanner implique un scanner tournant autour du corps en spirale pour créer des images en 3D. Le scanner en spirale peut détecter des anomalies dans les artères pulmonaires avec une grande précision. Un produit de contraste peut être administré par injection dans une veine (c’est-à-dire par voie intraveineuse) pendant le scanner pour améliorer le contour des artères pulmonaires.

Ventilation – perfusion (VQ) Scan

Lors d’un scanner VQ, le patient inhale un aérosol spécial et un colorant spécial est injecté dans une veine. L’aérosol et le colorant peuvent être vus sur les rayons X lorsqu’ils se déplacent dans les poumons. Une série de radiographies est ensuite prise, qui évaluent le flux de sang et d’air dans les poumons. Des anomalies peuvent suggérer une embolie pulmonaire.

Angiographie pulmonaire

Une angiographie pulmonaire est le moyen le plus précis de diagnostiquer une embolie pulmonaire. Un cathéter est inséré dans une grosse veine (généralement une dans l’aine) et est introduit dans le cœur, puis dans les artères pulmonaires. Un colorant spécial est injecté et des radiographies sont prises pendant que le colorant circule dans les artères pulmonaires, ce qui permet d’obtenir une image claire du flux sanguin.

Une angiographie pulmonaire est généralement effectuée lorsque les autres examens ne permettent pas de poser un diagnostic définitif. Elle exige un haut niveau de compétence et comporte des risques potentiellement graves, par exemple : le colorant peut provoquer des lésions rénales chez les personnes dont la fonction rénale est réduite.

Imagerie par résonance magnétique (IRM)

L’IRM implique l’utilisation d’ondes radio et d’un champ magnétique pour produire des images détaillées de l’intérieur du corps. L’IRM est généralement utilisée pour les femmes enceintes (pour éviter que le bébé ne soit exposé à des radiations) ou les personnes dont les reins peuvent être endommagés par des colorants ou des produits de contraste utilisés dans d’autres tests.

Traitement de l’embolie pulmonaire

Le but du traitement de l’embolie pulmonaire est d’empêcher le caillot de sang de grossir et de former de nouveaux caillots. Un traitement rapide est essentiel pour éviter des complications graves ou la mort.

Médicaments

Anticoagulants (« blood thinners ») : Ces médicaments empêchent la formation de nouveaux caillots. L’héparine, qui est administrée par injection, est un anticoagulant couramment utilisé. Comme l’héparine agit rapidement, elle est utilisée en même temps qu’un anticoagulant oral (par exemple : la warfarine), qui peut prendre plusieurs jours pour devenir efficace. Une nouvelle classe d’anticoagulants oraux, les nouveaux anticoagulants oraux (NOAC, par exemple : rivaroxaban), agissent plus rapidement que la warfarine et ont moins d’interactions avec d’autres médicaments. Certains NOAC peuvent être administrés sans chevauchement avec l’héparine. Tous les anticoagulants ont des effets secondaires, les saignements étant les plus fréquents.

Thrombolytiques (« dissolveurs de caillots ») : Les caillots se dissolvent généralement d’eux-mêmes, mais ce processus peut prendre du temps. Les médicaments thrombolytiques, qui sont administrés par injection, peuvent dissoudre les caillots rapidement. Toutefois, comme ils peuvent provoquer des saignements soudains et graves, les médicaments thrombolytiques sont généralement réservés aux situations où la vie est en danger.

Interventions chirurgicales et autres

Enlèvement de la fosse : Les gros caillots peuvent être retirés à l’aide d’un cathéter qui est introduit dans les vaisseaux sanguins jusqu’au site du caillot.

Filtre à veine : À l’aide d’un cathéter, un petit filtre qui emprisonne les caillots et les empêche d’atteindre les poumons est placé dans la veine principale menant au cœur (la veine cave inférieure). Cette procédure est généralement utilisée pour les personnes qui ne peuvent pas prendre de médicaments anticoagulants ou lorsque l’action des anticoagulants est insuffisante ou pas assez rapide.

Prévention

La prévention de la thrombose veineuse profonde aidera à prévenir l’embolie pulmonaire. Parmi les mesures visant à prévenir la formation de caillots sanguins dans les jambes, on peut citer

  • Donner des anticoagulants aux personnes à risque de caillots avant et après une opération et aux personnes qui ont eu une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral ou des complications du cancer
  • Porter des bas de contention élastiques, qui serrent les jambes en aidant les veines et les muscles des jambes à faire circuler le sang plus efficacement et à réduire l’accumulation de sang dans le bas des jambes
  • Elever les jambes lorsque c’est possible et pendant la nuit pour aider à réduire l’accumulation de sang
  • Activité physique, qui favorise la circulation sanguine
  • Compression pneumatique intermittente, qui implique l’utilisation d’un dispositif thérapeutique comprenant des brassards gonflables pour les cuisses ou les mollets qui massent et compriment rythmiquement les veines des jambes pour améliorer la circulation sanguine.

Prévention en voyage

Le risque de formation de caillots sanguins pendant le voyage est généralement faible, mais il augmente avec la durée du voyage et si vous présentez d’autres facteurs de risque. Les activités suivantes peuvent contribuer à prévenir la formation de caillots sanguins pendant les voyages :

  • Eviter de rester assis trop longtemps. Si vous prenez l’avion, faites le tour de la cabine toutes les heures et faites des flexions profondes des genoux. Si vous conduisez, arrêtez-vous toutes les heures et faites le tour à pied.
  • En position assise, pliez les chevilles toutes les demi-heures environ
  • Porter des bas de compression pour favoriser la circulation et le mouvement fluide dans le bas des jambes.

Références:
http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/pulmonary-embolism/home/ovc-20234736
http://emedicine.medscape.com/article/300901-overview

Laisser un commentaire