Le coronavirus peut rester dans l’air pendant 3 heures

Diffuser partout !


Le coronavirus peut rester dans l’air pendant 3 heures et vivre sur du plastique pendant des jours, selon une nouvelle étude !

Une nouvelle étude révèle que le nouveau coronavirus COVID-19 peut rester dans l’air jusqu’à trois heures et vivre sur des surfaces comme le plastique et l’acier inoxydable pendant trois jours.

La recherche, publiée dans le dépôt medRxiv, note également que le virus peut rester sur des surfaces en cuivre pendant quatre heures et en carton jusqu’à 24 heures. Les recherches ont montré qu’il pouvait rester sur l’acier inoxydable et le plastique pendant deux à trois jours.

« Nos résultats indiquent que la transmission du HCoV-19 par aérosol et fomite est plausible, car le virus peut rester viable en aérosol pendant plusieurs heures et sur des surfaces jusqu’à plusieurs jours », écrivent les chercheurs dans l’étude, qui n’a pas encore été examinée par des pairs.

Une autre étude publiée en février a conclu que si COVID-19 est similaire à d’autres coronavirus, comme le SRAS ou le MERS, il pourrait vivre sur des surfaces comme le métal, le verre et le plastique jusqu’à neuf jours, a rapporté précédemment Fox News. En comparaison, le virus de la grippe ne peut vivre sur des surfaces que pendant environ 48 heures.

Cette étude indique que les coronavirus pourraient être « efficacement inactivés » avec des désinfectants qui contiennent « 62-71% d’éthanol, 0,5% de peroxyde d’hydrogène ou 0,1% d’hypochlorite de sodium en une minute », ajoutant que d’autres agents qui contiennent « 0,05-0,2% de chlorure de benzalkonium ou 0,02% de digluconate de chlorhexidine sont moins efficaces ».

Actuellement, il n’existe pas de médicament spécifique pour soigner ou traiter la COVID-19.

Plus de 156 000 cas de COVID-19 ont été confirmés dans le monde, dont plus de 80 995 en Chine, 2 952 aux États-Unis et 4 481 en France, selon les dernières données.

Résultat de l’étude (traduction):

Le HCoV-19 est resté viable en aérosols pendant toute la durée de notre expérience (180 minutes) avec une réduction du titre infectieux 3 heures après l’aérosolisation de 103.5 à 102.7 CID50/L (moyenne sur trois répétitions). Cette réduction du titre du virus viable est relativement similaire à la réduction observée dans les aérosols contenant le SRAS-CoV-1, de 104.3 à 103.5 CID50/mL (moyenne sur trois répétitions) (figure 1A).
Le HCoV-19 était plus stable sur le plastique et l’acier inoxydable et le virus viable pouvait être détecté jusqu’à 72 heures après l’application (figure 1B), bien que le titre du virus ait alors été fortement réduit (polypropylène
de 103.7 à 100.6 TCID50/mL après 72 heures, acier inoxydable de 103.7 à 100.6 TCID50/mL après 48 heures, moyenne sur trois répétitions). Le SARS-CoV-1 avait une cinétique de stabilité similaire et le virus vivant pouvait être détecté sur ces surfaces jusqu’à 72 heures sur le polypropylène et 48 heures sur l’acier inoxydable (polypropylène de
103.4 à 100.7 TCID50/mL après 72 heures, acier inoxydable de 103.66 à 100.6 TCID50/mL après 48 heures, moyenne sur trois répétitions). Aucun virus viable n’a pu être mesuré après 4 heures sur cuivre pour le HCoV-19 et 8 heures pour le SARS-CoV-1, ou après 24 heures sur carton pour le HCoV-19 et 8 heures pour le SARS-CoV-1 (figure 1B).

Les deux virus ont présenté une décroissance exponentielle du titre de virus viable dans toutes les conditions expérimentales, comme l’indique la diminution linéaire du log10TCID50/mL au fil du temps (figure 2A). À partir des distributions postérieures sur les paramètres de la pente de décroissance, nous avons calculé les distributions postérieures pour la demi-vie de chaque virus dans chaque condition (figure 2B, tableau 1). Le HCoV-19 et le SRAS-CoV ont présenté des demi-vies similaires dans les aérosols, avec des estimations médianes d’environ 2,7 heures, et des intervalles crédibles à 95 % (intervalle quantile de 2,5 %-97,5 %) de (1,65, 7,24 heures) pour le HCoV-19 et (1,81, 5,45 heures) pour le SRAS-CoV-1 (tableau 1). Les demi-vies sur le cuivre étaient également similaires entre les deux virus. Sur le carton, le HCoV-19 a montré une demi-vie considérablement plus longue que le SRAS-CoV-1. Les deux virus ont montré une viabilité nettement plus longue sur l’acier inoxydable et le polypropylène : l’estimation médiane de la demi-vie du HCoV-19 était d’environ 13 heures sur l’acier et de 16 heures sur le polypropylène. En général, il n’y avait pas de différence statistiquement discernable de demi-vie entre les deux virus sur une surface donnée, à l’exception du carton : tous les autres intervalles crédibles à 95 % pour la différence de demi-vies se chevauchaient à 0 (figure 2B, tableau 1).

ncovid-19 vit dans l'air 3 heures

Laisser un commentaire