Sclérose en plaques – symptômes, diagnostic, traitement

Diffuser partout !


La sclérose en plaques (souvent appelée « SEP ») est une maladie progressive du système nerveux central qui affecte le mouvement, les sensations et les fonctions corporelles. Les symptômes varient considérablement en nature et en gravité, ce qui rend l’affection difficile à diagnostiquer dans certains cas. Il n’existe pas de remède mais un traitement peut être efficace pour gérer les symptômes.

La sclérose en plaques est plus fréquente en Nouvelle-Zélande que dans de nombreux autres pays – un phénomène qui peut être dû à la situation géographique de la Nouvelle-Zélande, très éloignée de l’équateur. La proportion de Néo-Zélandais atteints de sclérose en plaques a été estimée entre 50 et 150 cas pour 100 000 personnes (avec les taux d’incidence les plus élevés dans les régions du sud du pays).

Causes et facteurs de risque

La sclérose en plaques est une maladie auto-immune, dans laquelle le système immunitaire de l’organisme attaque ses propres tissus. Dans la sclérose en plaques, la réponse auto-immune détruit la gaine de myéline qui isole les fibres nerveuses du cerveau et de la moelle épinière. La raison pour laquelle cette réponse auto-immune se produit est inconnue.

En plus de protéger les nerfs, la gaine de myéline aide à la conduction des signaux électroniques ou des messages du cerveau le long des nerfs. En cas de sclérose en plaques, la gaine de myéline se cicatrise (sclérose), ce qui ralentit ou bloque les messages du cerveau et produit les symptômes caractéristiques de la maladie.

Les symptômes apparaissent généralement pour la première fois entre l’âge de 20 et 40 ans. Le diagnostic avant l’âge de 15 ans est rare et la maladie apparaît rarement pour la première fois après l’âge de 50 ans.

Les femmes et les personnes d’origine européenne sont plus sensibles. L’incidence chez les Maoris, les habitants des îles du Pacifique et les Asiatiques est très faible. En général, la maladie devient plus fréquente à mesure que l’on s’éloigne de l’équateur (on pense que cela est lié à l’exposition au soleil et aux niveaux de vitamine D produite naturellement). Par conséquent, l’incidence de la sclérose en plaques est plus élevée dans les pays les plus au sud comme la Nouvelle-Zélande (en particulier les régions de l’île du Sud) et les pays les plus au nord comme l’Écosse et le Canada.

Parmi les facteurs susceptibles d’influencer le développement de la sclérose en plaques, on peut citer

  • Génétique
  • Facteurs environnementaux
  • Virus.

Signes et symptômes

L’affection se caractérise généralement par des épisodes (attaques ou poussées) de symptômes qui peuvent durer des semaines ou des mois, puis par des périodes où les symptômes diminuent ou disparaissent (rémissions). Il n’existe pas de sclérose en plaques « typique », mais les symptômes ont tendance à se manifester selon l’un des quatre schémas suivants

La sclérose en plaques récurrente-rémittente:
Des attaques symptomatiques clairement définies sont suivies d’une amélioration complète, ou presque complète, de la situation. Le délai entre les attaques peut être d’un an ou plus. Il peut n’y avoir aucune incapacité permanente

Sclérose en plaques primaire progressive:
Les symptômes et le handicap s’aggravent progressivement avec le temps, sans rechute ni rémission.

Sclérose en plaques secondaire progressive:
Après avoir initialement suivi le modèle de la rechute-rémission, les symptômes et le handicap progressent régulièrement sur une période de plusieurs années.

Sclérose en plaques progressive récurrente :
Progression progressive du handicap dès le début de la maladie qui s’accompagne de rechutes occasionnelles et d’une récupération partielle.

La sclérose en plaques présente une grande variété de symptômes en raison des diverses façons dont elle peut affecter le système nerveux central. Les premiers symptômes de la sclérose en plaques comprennent des sentiments vagues et non spécifiques de faiblesse, de fatigue et de maladresse.

Les symptômes généraux les plus courants sont les suivants :

  • Problèmes de mouvement, d’équilibre et de coordination
  • Problèmes de vision tels que la vision floue ou double
  • Problèmes de contrôle de la vessie ou des intestins
  • Manque d’énergie
  • Lassitude extrême
  • Difficultés d’élocution telles que les troubles de l’élocution
  • Défaut de concentration et troubles de la mémoire à court terme
  • Changements d’humeur et dépression
  • Faiblesse extrême
  • Serrer les mains
  • Paralysie.

Les symptômes peuvent devenir plus importants lorsque la température du corps est élevée, par exemple à la suite d’un bain chaud, d’une fièvre, d’un séjour au soleil ou d’une situation de stress. Plus de 50 % des personnes atteintes de sclérose en plaques éprouvent des douleurs au cours de la maladie et certaines souffrent de douleurs chroniques (à long terme). La douleur peut être de nature aiguë et lancinante et affecte généralement le visage, le cou ou le dos. L’engourdissement et la faiblesse du visage sont également fréquents.

Diagnostic

Les symptômes de la sclérose en plaques étant très variés, la maladie peut être difficile à diagnostiquer dans les premiers temps. Cependant, la séquence d’une attaque, d’une rémission et d’une autre attaque suggère une sclérose en plaques. La nature et la répartition des symptômes dans l’organisme sont également importantes. Si l’on suspecte une sclérose en plaques, il est recommandé de consulter un neurologue (un médecin spécialisé dans le système nerveux).

Les tests pour aider au diagnostic peuvent inclure des analyses de sang, l’imagerie par résonance magnétique (IRM), la tomographie assistée par ordinateur (CT scan) et la ponction lombaire (pour vérifier la concentration de cellules immunitaires et de protéines dans le liquide entourant la moelle épinière et le cerveau). Moins fréquemment, des tests visant à mesurer la conduction électrique à travers les nerfs du système nerveux central peuvent être effectués.

Traitement

Il n’existe actuellement aucun remède à la maladie, mais beaucoup peut être fait pour aider à gérer les symptômes. Le traitement variera en fonction des symptômes ressentis. L’évolution de la sclérose en plaques étant imprévisible, un suivi continu de la maladie est nécessaire. L’évolution des besoins et des handicaps peut nécessiter une modification du traitement.

Thérapie physique et professionnelle
Les programmes d’exercices peuvent aider à maintenir la souplesse musculaire, à réduire la raideur musculaire et à faciliter la récupération après une agression. Les aides à la mobilité et à l’activité quotidienne peuvent aider à maintenir l’indépendance.

Conseil/Soutien social
Cela permettra de faire face à la dépression, à l’anxiété et aux limitations du mode de vie qui accompagnent la sclérose en plaques.

Facteurs liés au mode de vie
Le maintien d’un poids corporel sain et l’adoption d’un régime alimentaire équilibré et nutritif favorisent le bien-être général. Équilibrer un repos suffisant avec une activité régulière et gérer le stress sont également importants pour les personnes atteintes de sclérose en plaques.

Traitements alternatifs
Certaines personnes rapportent que l’acupuncture, la méditation, le yoga, les massages, la phytothérapie et la naturopathie leur ont été bénéfiques.

Médicaments
Les médicaments tels que les relaxants musculaires peuvent aider à soulager les spasmes musculaires. Pour les crises aiguës, des corticostéroïdes peuvent être prescrits pour aider à réduire la gravité et la durée de la crise. Les médicaments qui modifient la progression de la sclérose en plaques et réduisent le nombre et la gravité des poussées sont connus sous le nom de médicaments modificateurs de la maladie. Les médicaments modificateurs de la maladie dont le financement est actuellement approuvé par l’agence gouvernementale d’achat de médicaments Pharmac comprennent l’interféron bêta-1b (Betaferon), l’interféron bêta-1a (Avonex), l’acétate de glatiramère (Copaxone), le fingolimod (Gilenya), le natalizumab (Tysabri), le fumarate de diméthyle (Tecfidera) et le tériflunomide (Aubagio).

Références:
http://emedicine.medscape.com/article/1146199-overview
http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/multiple-sclerosis/home/ovc-20131882

Laisser un commentaire